?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

Lex, Daniel

- Eh, they're going to make me love Lex (because Smallville is starting to make me be utterly bored with him. 4 years of stalled chara development are probably too much)

- after the last Morpheus, Michael Zulli has drawn the last Daniel

- John Rhys Davies played Leonardo DaVinci in Star Trek : Voyager? o_O

- Le Monde publishes an article by Leonardo DiCaprio and Matt Petersen about the reconstruction of New Orleans

Translated from here, though the French version looks longer...


Un rêve pour La Nouvelle-Orléans , par Leonardo DiCaprio et Matt Petersen

Aux 50 % de citadins que compte notre planète, les cyclones Katrina et Rita viennent de montrer que nos villes ne sont pas à l'abri de catastrophes naturelles, en apparence lointaines. Nul doute, désormais, que l'avenir de nos centres urbains et le respect de l'environnement sont étroitement liés.

Près de 150 millions d'Américains vivent sur le littoral, où le développement rapide a fait disparaître marécages et autres protections naturelles contre les raz-de-marée, laissant les villes, petites et grandes, plus vulnérables que jamais face aux ouragans et à toutes sortes de calamités naturelles. Le monde scientifique s'accorde à dire que le réchauffement planétaire se traduit par une hausse du niveau des océans, augmentant du même coup les phénomènes d'érosion, les tempêtes et les inondations. Si ce réchauffement s'accentue, des villes telles que Miami et Houston et même certains quartiers de New York et Los Angeles pourraient se voir régulièrement inondés.

Certains des symptômes du réchauffement climatique sont plus manifestes que jamais. Le Groenland fond à une vitesse préoccupante ; des morceaux de banquise de la taille du Rhode Island [environ 4 000 km2, soit la superficie du département des Pyrénées-Orientales] se détachent de l'Antarctique ; selon un rapport récent, la calotte glaciaire arctique pourrait disparaître au cours de ce siècle.

Ces événements peuvent certes sembler encore lointains, mais c'est dans les villes que leurs conséquences seront un jour les plus graves, et plus encore pour les citoyens pauvres, en situation précaire, qui vivent dans les zones inondables.

Les scientifiques, notamment au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à l'Organisation météorologique mondiale et au Georgia Institute of Technology d'Atlanta (Georgia Tech), apportent sans cesse de nouvelles preuves indiquant que le réchauffement climatique pourrait accentuer l'intensité des tempêtes en agissant directement sur leur source d'énergie, la température des océans.

En raison des ravages causés par Rita aux capacités de raffinage, les Etats-Unis sont confrontés à une pénurie de pétrole. Le président George W. Bush a encouragé le pays, dans le cadre d'une stratégie plus vaste, à en maîtriser sa consommation. Chacun de nous a bien sûr un rôle à jouer. Mais cet appel à court terme n'est pas suffisant : le relâchement des mesures de protection de l'environnement et la reprise du forage pétrolier ne feront, au bout du compte, qu'aggraver la situation.

Agir contre le changement climatique suppose, si l'on veut être efficace, d'améliorer sensiblement le rendement des énergies, d'investir dans les transports en commun et les énergies alternatives. Mais il faut aussi en passer par des accords contraignants visant à réduire l'émission de gaz à effet de serre. Il y a bien à Washington des personnalités qui, dans les deux partis, militent en faveur d'initiatives contre le réchauffement climatique, mais la prise des décisions nécessaires ne s'accélère pas pour autant.

L'espoir vient des grandes villes américaines. Dans trente-huit États, cent soixante-quinze maires représentant près de quarante millions d'Américains ont signé le US Mayors Climate Protection Agreement (Accord des maires américains pour la protection du climat).

Sur tout le territoire américain, des grandes villes, dont Chicago, Atlanta et Seattle, se tournent vers les énergies renouvelables, l'amélioration du rendement énergétique et la construction "verte". De fait, la construction et l'entretien des bâtiments sont à l'origine de près de 40 % de la consommation d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis.

Le choix des techniques et des emplacements pour la reconstruction des villes situées en bordure du golfe du Mexique seront donc déterminants. Le gouvernement fédéral, celui de chaque État ainsi que l'administration locale, mais aussi les organisations humanitaires et citoyennes doivent exiger que tous les logements nouveaux et rénovés, sans oublier les écoles, les hôpitaux et autres édifices publics, offrent une meilleure qualité de l'air à l'intérieur des locaux et un meilleur rendement énergétique, obéissent à des normes plus respectueuses de la santé et, bien entendu, soient construits de manière à résister aux catastrophes naturelles.

Il est par ailleurs essentiel de réduire la facture d'électricité des ménages à faibles revenus et de diversifier la palette des transports publics : l'énergie et les transports occupent déjà le deuxième poste dans le budget des familles les moins favorisées, et leur situation est encore aggravée par l'augmentation du coût de l'énergie. L'Enterprise Foundation (qui milite pour le droit au logement) a calculé que, suite à l'ouragan Katrina, un million de logements vont devoir être reconstruits ou largement rénovés. Or, selon la National Low Income Housing Coalition (Coalition nationale pour le logement des personnes à faibles revenus), 71 % des logements détruits par Katrina appartenaient à des ménages à bas revenus.

La construction "verte", aux performances accrues, a d'autres bienfaits : éclairage et ventilation naturels, matériaux plus salubres qui ne provoquent ni n'aggravent l'asthme, amélioration de la qualité de l'air des locaux et réduction de la consommation d'eau. Sans compter la création d'emplois "propres" et innovants (certaines technologies, comme l'énergie solaire, peuvent créer jusqu'à deux à trois fois plus d'emplois que des secteurs plus polluants). Des études ont par ailleurs montré que les élèves qui travaillent dans des classes dotées d'un bon éclairage et d'une ventilation naturels, obtiennent de meilleurs résultats et sont moins absentéistes.

La Nouvelle-Orléans et les régions du golfe du Mexique peuvent donner l'exemple en concevant des quartiers "intelligents", avec des logements salubres, des énergies plus propres, des transports publics améliorés et un urbanisme qui tient compte des risques de catastrophes naturelles. Déjà, associations pour le développement local, groupes religieux et organisations écologistes viennent apporter leur aide et leur soutien aux responsables locaux et aux citoyens afin que soient construits des logements propres et des quartiers écologiques.

Reconstruites selon les critères des "villes intelligentes", La Nouvelle-Orléans et la région du golfe du Mexique montreront aux Américains et au monde entier qu'il est possible d'aller loin dans la réduction de notre dépendance à l'égard du pétrole, dans la baisse de notre consommation d'énergie et dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les récents cyclones viennent de montrer que nos villes sont en première ligne sur le front des changements climatiques. La plus puissante démocratie du globe, l'Amérique, peut montrer la voie au reste du monde en protégeant ses grandes villes et en nous protégeant, nous, ses citoyens. Les preuves s'accumulent ; il est temps pour l'Amérique et ses dirigeants de s'attaquer au réchauffement de la planète.

Traduit de l'anglais par Julie Marcot.

Leonardo DiCaprio est comédien et militant de Global Green USA, la branche américaine de la Croix verte internationale, et du National Resources Defense Council (NRDC).

Matt Petersen est président de Global Green USA.
par Leonardo DiCaprio et Matt Petersen

Comments

( 3 words — Say a word )
demondoll2001
Oct. 13th, 2005 12:55 am (UTC)
Somehow I like this Daniel painting less than I liked the Morpheus painting.

Leonardo, in my opinion, is very politically conscious. I think that one day he'll become a politician. I think he's moving towards that now, little by little.
hiyami
Oct. 13th, 2005 06:07 am (UTC)
Yeah, the painting doesn't really look finished to me.

What I like about Leonardo's message is that it's not just a "OMGtragedy!" weep like some celebrities... And it's about taking real measures for the future.

I had the occasion to check his official site while I was looking for the original article, and it's not at all about his career, it's all very oriented towards environment concern, and interesting resources...

Even if that was just a pose (which I don't think it is), well... It's more useful that way.
demondoll2001
Oct. 13th, 2005 10:41 pm (UTC)
I don't think it's a pose. I think he realizes that he can't go on being a heart-throb forever, so he needs other career options. And he's been consistently supporting people like Michael Moore (anti-bush activists)for at least 4 years. I think he wants to be a politician, and I think he'll become one. :-)

Also, he's pretty. So...yeah, we need Leo icons. *grins*
( 3 words — Say a word )